Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Une soirée télé

Parfois, comme il pleut et que la vie mondaine me pèse, je déchire toutes mes invitations, je congédie ma bonne et je décide de passer une soirée tranquille et puisque mon cerveau a plus besoin de dormir que mon corps, je la passe devant la télévision. Quel sentiment de puissance de voir ces dizaines de chaînes qui se battent entre elles pour séduire le téléspectateur exigeant que je suis ! J’ai la zapette en main, et à moins d’une dramatique panne de piles, je peux sanctionner immédiatement ceux qui ne me distrairont pas, tel César pointant son pouce vers le ciel azuré ou vers le sol poussiéreux où se répandra le sang du condamné. Mais que me réserve l’industrie du divertissement en ce jeudi soir ?
Lire la suite

Les restaurants branchés

Ce soir vous hésitez sur le restaurant que vous allez choisir avec vos amis. L’un propose un chinois, l’autre des burgers, et le troisième une pizza surgelée. Après l’avoir jeté dans le cours d’eau le plus proche, alors que vous croyez être enfin entre gens de qualité, quelqu’un propose un restaurant français. Silence, malaise. Votre ami n’a visiblement pas compris qu’un restaurant devait vous sortir de l’ordinaire et ne peut donc pas se contenter de faire de la "cuisine française", même si vous mangez beaucoup plus souvent des sushis que du cassoulet.
Heureusement pour notre gastronomie nationale, de petits génies ont inventé des concepts, un mot tellement dénué de sens que je me vois dans l’obligation de le mettre en italique. Là où on ne serait pas allé parce qu’il n’y avait rien d’original, les étiquettes "fooding" et "bistronomique" déplacent les foules. Et Dieu sait que les foules sont connues pour leur sens du discernement.
Lire la suite

Weekend au Touquet

On prétend parfois que je suis subjectif, que je noircis le tableau. Pour contrecarrer ces critiques, voici un article uniquement à base d’images sur ce que je pense d’un weekend au Touquet. Je me suis tout de même permis de légender les photos pour apporter un éclairage factuel. par Guillaume Pascal

Les soirées à la maison #2 : la fête

Voilà, vous avez envoyé les invitations la semaine dernière, tout s’est passé comme je l’avais prévu, et maintenant vous êtes seul(e) chez vous, fraîchement épilé(e), à attendre que la fête commence.
Sur les 50 personnes invitées, 5 ont répondu oui et 5 ont répondu non, vous laissant espérer entre 5 et 45 participants. Vous avez passé l’après-midi à faire des courses – quelques pizzas surgelées, voire un seau de tarama pour les gourmands, et toutes sortes de bouteilles – puis vous avez poussé les meubles, préparé une playlist et posé un marqueur à côté de la pile de gobelets.

À présent il est 21h20, le guacamole commence à noircir et toujours personne n’est arrivé alors que vous aviez invité pour 20h. Pourtant cet après-midi vous avez reçu des messages pour vous demander l’adresse et le code, que vous aviez pourtant précisés par mail, sms et Facebook malgré mes conseils. Vous commencez à envisager de vous servir une troisième vodka-pamplemousse quand finalement la sonnette retentit enfin.
Lire la suite

Les soirées à la maison #1 : inviter

Avec le beau temps (relatif) qui arrive enfin, les citadins vont sortir de chez eux et encombrer les terrasses de café et les berges des canaux qu’on retrouvera le lendemain pleins de cadavres, malheureusement de bouteilles et pas de fêtards. Vous aurez sans doute remarqué poindre une certaine hostilité envers la race humaine dont je ne me cache pas, et qui me pousse à vous parler aujourd’hui des soirées chez soi. En effet, en sortant on a de fortes chances de se retrouver entourés de cons, alors qu’en organisant une fête à domicile, au moins on est entourés de cons qu’on connait. Et c’est beaucoup plus reposant.
Lire la suite

Les jeux d’arcade, ou comment se délester de son argent

Il y a quelques années, lorsque j’étais encore un chiard, je me rappelle avoir taxé des forints partout autour de moi pour jouer d’innombrables parties de Tetris sur une borne d’arcade dans une Hongrie qui sortait à peine de l’époque soviétique. J’avais probablement à la maison deux ou trois jeux électroniques qui faisaient la même chose gratuitement mais quand on est gamin on est con.
Et quand on est grand aussi : c’est là dessus que compte La tête dans les nuages, une salle d’arcade intelligemment située sur les Grands Boulevards, près de l’Opéra Garnier. Un quartier pas cher donc, où on peut aller claquer son argent aussi bêtement que si on achetait un rasoir avec manche vibrant ou de l’homéopathie.
Lire la suite

Nausicaá

Avec tous ces ponts, on ne sait plus quoi faire pour occuper nos longs week-ends. Une fois visités Disneyland, le Parc Astérix voire la France Miniature pour les plus désespérés, on pense avoir fait le tour des activités de loisir en France. Pourtant, on n’y pense pas assez, mais il existe un aquarium qui peut s’enorgueillir d’être le premier site touristique du Nord-Pas-de-Calais, ce qui n’est pas peu dire. Nausicaá tire son nom d’un personnage d’Albator, ou plus probablement d’une princesse de la mythologie grecque, mais comme les deux sont relativement peu connues la première chose à laquelle on pense quand on entend Nausicaá, c’est nausée.
Lire la suite

Le vendredi soir dans le métro

Quand on n’est pas soumis à un planning de travail fixe, on a parfois tendance à oublier quel jour on est, jusqu’à ce que la réalité vous le rappelle durement. Par exemple, après avoir glandé toute la journée à la maison, vous vous dites "tiens, j’ai envie de me faire du mal, si j’allais voir Avengers ?". Dans le métro vous sentez bien que quelque-chose cloche, que les gens sont sapés comme des étudiants en commerce, qu’ils portent des bouteilles dans des sacs Monoprix. En arrivant devant le cinéma, le doute n’est plus permis en voyant les employés en costards bleu-cheap jouer les chiens de berger au milieu d’interminables files d’attente : on est vendredi soir. Bien sûr, ça concerne surtout les Parisiens et les citadins en général, mais les autres devraient se méfier parce que ça pourrait bien les surprendre le jour où ils quitteront la ferme pour aller trouver une épouse à la ville.

Si c’est la première séance il est encore temps de rentrer pour lire ce livre de poche commencé en septembre dernier, mais s’il est 23h passée il va falloir prendre… le métro de l’angoisse! [musique stridente]
Lire la suite

Destination vacances : l’Islande

L’été approche, et les retardataires commencent à se demander s’il ne faudrait pas prévoir quelque chose à faire sous peine de passer les vacances chez leurs parents qui sont originaires de Pautaines-Augeville en Haute-Marne ce qui est une excellente occasion d’énumérer par ordre d’efficacité les différentes manières d’écourter sa vie. Mais comment choisir la destination ? Montot-sur-Rognon est tentant, mais ça n’est qu’à 15km de Pautaines-Augeville et on se sentira coupable de ne pas aller hydrater de force ses parents l’après-midi. Tant de destinations possibles et si peu de temps pour décider ! Heureusement je suis là pour vous dire ce que j’en pense, ce qui vous aidera à choisir, probablement par élimination.
Lire la suite

Le surf

J’ai plein de sujets concernant internet à aborder, mais vous allez finir par croire que je passe mes journées devant mon PC ce qui n’est que partiellement vrai. Je vais plutôt vous parler du surf, sujet qui va vous intéresser puisque cette discipline est inconnue de la plupart d’entre vous. Pour pouvoir vous donner mon avis j’ai donc pris une leçon collective. Précision : je parle de surf dans la mer, pas de snowboard.

Pour l’initiation, obligation de porter un t-shirt éminemment disgracieux. Si le but est d’affirmer haut et fort « je suis une merde néophyte, j’y connais rien » c’est superflu, la grosse planche en polystyrène exprime très bien l’idée, surtout quand on s’entraine avec sur la plage. Oui parce que le début du cours consiste à répéter un mouvement sous la menace d’un prof qui – sous une apparence de surfeur cool – n’a rien à envier à Kim Jong-eun. Je vous encourage à essayer la chose suivante : mettez-vous à plat ventre, pagayez avec les mains, puis d’un seul geste mettez-vous debout avec les deux pieds sur une même ligne, l’un à 90° l’autre à 45°, tout en fléchissant les genoux et en tenant l’équilibre avec les bras écartés. Je sais pas à quel point ça vous réussit mais moi à partir de « d’un seul geste » on m’a perdu. Lire la suite