Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Génération Goldman, Génération perdue

Bien que je n’écoute jamais la radio depuis que les trajets en bus scolaire ne m’obligent plus à supporter Fun Radio de à 6h40 à 7h30, et bien que je ne regarde que très peu la télé, je n’ai pas pu y échapper : des terroristes ont sorti un album de reprise de Jean-Jacques Goldman. On pouvait pourtant espérer qu’on en avait fini avec Goldman, qui sort maintenant plus de compilations que d’albums. Je pensais même naïvement que le principal intérêt de ses chansons était de remplacer les émetteurs à ultrasons interdits par la justice pour éloigner les jeunes. Ça ressemble à un gag bien ficelé, mais j’ai vérifié : l’album est bien en vente et il y a même des gens pour l’acheter.

Le projet a tout de même un semblant de cohérence : d’un côté, l’auteur le plus inexplicablement connu, qui a réussi à ne pas se marrer en chantant "J’ai vu des oiseaux, des printemps, des cailloux" ou "Et loin de nos villes, Comme octobre l’est d’avril", et qui a certainement créé le premier générateur aléatoire de rimes. Son succès pouvait s’expliquer dans les années 80, quand la cocaïne se consommait par kilos et que personne ne réalisait la pauvreté des paroles ni de l’étrange similarité de toutes les mélodies, mais Goldman bénéficie visiblement de ce que j’appelle l’effet Clint Eastwood qui consiste à pouvoir faire éternellement de la merde que les gens prendront pour de l’or.

Génération Goldman : l'album évènement
Pratique : les coupables portent déjà les cravates avec lesquelles on voudrait les pendre.

Côté chant, tout ce que l’industrie française produit de pire : Zaz, qu’on espérait disparue pour toujours et qui enchaînée dos à dos avec Mickaël Miro pourrait remplacer à moindre frais la dissuasion nucléaire ; Florent Mothe qui a participé à Mozart l’opéra rock, hommage au compositeur qui équivaut à déterrer son cadavre et l’empaler sur un sapin de noël ; Baptiste Giabiconi, qui démontre aux jeunes que démarrer mannequin, chanter un peu et coucher pour réussir ne sont pas l’apanage de Carla Bruni ; Christophe Willem, M Pokora, Marie Mai, Amandine Bourgeois et Judith, qui peuvent remercier la télévision d’avoir rendu des gens célèbres parce qu’ils chantent, avant de réaliser qu’elle pouvait rendre des gens célèbres juste parce qu’ils sont très cons (rendez-vous cet été pour la saison 7 de Secret Story).

Ayant moi-même pris une dizaine d’heures de cours de chant (qui m’ont coûté 2300€, mais c’est une longue histoire), je me sens aussi légitime qu’un perdant de Star Academy pour recycler de vieux tubes parce qu’écrire/composer c’est fatiguant. J’ai donc décidé de rendre hommage à un chanteur qui, à mon sens, n’a pas à rougir devant Goldman : Bernard Menez. J’aurais pu moi aussi faire financer mon album par les internautes de My Major Company mais contrairement au fils de Goldman, celui de Menez n’est pas le patron de la boite. Alors tant pis, je me suis auto-produit et je suis fier de vous présenter mon "album évènement" : Génération Menez.

Génération Menez : tous les tubes de Bernard Menez (à commencer par Jolie Poupée) repris par Guillaume Pascal
Tous les tubes de Bernard Menez par des chanteurs stagiaires, sur de la musique kitch

Il est encore en phase de finalisation mais vous devriez bientôt le retrouver dans vos petits souliers si votre famille a du goût. En attendant, vous pouvez toujours écouter mon single Jolie poupée (encore en attente d’Auto-Tune) à chaque diffusion radio de Envole-moi, soit toutes les 5 minutes selon mon décompte.
      1. Jolie poupée

Un pouce retourné
Ma foi en l’humanité me fait espérer que l’album ne se vendra pas trop, hormis le single Envole-moi, grâce au matraquage médiatique. Bien entendu la période de noël est propice car on a toujours une cousine ou un demi-frère qu’on veut faire chier, quitte à dépenser 15€, mais à ce prix-là je vous conseille plutôt une caisse de très mauvais vin : c’est tout aussi désagréable, mais en plus c’est encombrant.


Ce que vous pensez de l’article :
Génération Goldman, Génération perdue
13 votes

Ce que les autres pensent de “Génération Goldman, Génération perdue

  1. avatarTHIBS

    C’est peut être 3 fois plus d’argent en cours de chant qu’il aurait fallu dépenser…

  2. avatarNavarro

    J adore christophe willem. Le meilleur comme d hab

  3. avatarannie

    J’aime beaucoup la pochette de l’album »génération Menez » et je vais le commander au papa noel

  4. avatarannie

    oups!! Ca fait un tabac,ils disent à la télé

  5. avatarannie

    Ecoute « le tube de l’été » par les dolipranes
    A la minute 3.45 ils parlent aussi de Goldman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *