Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Les pandas

Vous croyez sûrement que les pandas sont de jolies peluches géantes noires et blanches, mais vous faites erreur : ce sont juste des ours obèses au pelage grisâtre avec des grosses cernes. Ce que vous avez en tête, c’est le logo du WWF, dont l’unique but semble être de redorer l’image de cette aberration génétique qu’est le panda. On pourrait même penser que ce sont eux qui sont derrière tout ça, s’ils étaient capables de la moindre initiative. Mais non, tout ce qu’ils font de leurs journées c’est pioncer dans des arbres et recruter pour Daesh.

Lire la suite
4 votes

Faire un repas de Noël

Cette année, Noël était un peu spécial mais pas tant que ça puisqu’on a encore fait le plein de gras au moment même où les Restos du Cœur faisaient le plein de clients, avant de s’échanger des cadeaux foireux qui finiront dans une poubelle trop vite mais à juste titre. Cuisiner étant un des nombreux moyens de recevoir des compliments, mon besoin malsain de validation m’a incité à faire un repas de Noël aux quelques amis qu’il me reste.

Lire la suite
3 votes

Faire du cheval

Certains de mes amis prétendent que je n’aime rien. D’autres reconnaissent plutôt que je suis un génie méconnu et que je mérite la gloire et toutes leurs économies, ce qui fait d’eux de vrais amis. Mais pour répondre aux premiers, je trouve au contraire que je suis ouvert aux nouvelles expériences, et même si j’ai de grosses réserves sur certaines propositions j’ai finalement pris un plaisir inattendu à faire du char à voile ou du snowballing. Mais la curiosité et la soif de découvertes mènent parfois à des erreurs douloureuses.

Lire la suite
6 votes

Les comédien·ne·s

J’écris « comédien·ne·s » pour ne pas alourdir avec « comédiennes et comédiens » (d’autant que les comédiennes mériteraient un article à part) mais je précise à l’attention des polémistes que ça n’est pas un plaidoyer pour l’écriture inclusive. Je n’aime pas ce qui est inclusif. Personne n’aime ce qui est inclusif. Regardez les pubs, les couvertures de magazines : les gens veulent de l’exclusif. Soyons exclusifs ! J’aurais pu titrer « les comédiens blancs hétérosexuels » mais ce serait me priver de l’audience du stand-up et de la comédie musicale. Déjà qu’il n’y a que ma mère qui me lit, je n’ai pas ce luxe. Je me contenterai donc d’écrire « comédiens » et vous saurez que ça concerne tous les genres.
Lire la suite

14 votes

Avoir des amis en banlieue

On a tous ce qu’on appelle une « zone de confort », une limite qu’on n’est pas prêts à franchir pour ses loisirs. Pour les Parisiens, c’est en général un rayon de 500 mètres, dans tous les cas délimité par les barrières infranchissables que sont le périphérique et la Seine. C’est pourquoi j’évite toujours de me lier d’amitié avec ce qu’on appelle « les banlieusards », ne serais-ce que pour échapper aux conversations sur les embouteillages ou les travaux sur la ligne C. Mais dans certains cas, vos amis normaux quittent la capitale et vous ne pouvez pas les rayer de votre vie comme s’ils étaient devenus hémiplégiques ou agents immobiliers.
Lire la suite

44 votes

La messe

Chacun de nous est susceptible d’aller à la messe de temps en temps, soit pour un motif joyeux (un mariage ou un baptême), soit pour un motif triste (un enterrement ou être catholique). Pour les non-initiés dont je fais partie, assister à une messe est un peu comme débuter dans un cours de Zumba : on ne sait jamais quand s’asseoir, se lever, dire amen, donner la main à la vielle lépreuse à côté de soi… Si on peut faire une critique de film, pourquoi ne pas faire celle de la messe et espérer que le pape François tombe dessus en surfant sur ses pornos gay.
Lire la suite

12 votes

Aller au marché

Pour retrouver une authenticité qu’ils ne sauraient pas définir, beaucoup de citadins n’ont pas le courage d’aller au Puy du Fou et se contentent de faire leurs courses au marché. Munis de leur petit sac en coton bio, ils vont d’un étal à l’autre et se sentent l’âme d’un José Bové car ils dédaignent un jour par semaine la grande surface où ils ont une carte de fidélité. Leur argumentaire est rodé, mais se rendent-ils compte de l’ineptie d’aller acheter sa nourriture dans la rue en 2015 ?
Lire la suite

13 votes

Abolir PowerPoint pour sauver la France

Vous le savez, l’avenir de la France me tient à cœur. Surtout parce que mon assurance vie contient des obligations d’État. Malheureusement, aucune des 200 mesures de la fort légitime loi Macron ne concernait les présentations PowerPoint, qui sont pourtant responsables d’une perte de 3 points de PIB chaque année. Pour ceux qui sont fatigués de lire, voici une petite explication en vidéo.

1 vote

Karaoke : 5 bonnes raisons de dire non

À force de faire toujours les mêmes soirées entre amis, où l’on n’a plus rien à se dire, quelqu’un tentera fatalement de relancer l’intérêt en proposant un karaoké, telle une épouse délaissée arrêtant discrètement la pilule pour ressusciter son couple moribond. Évidemment, il est techniquement plus facile de s’enfuir au milieu d’un karaoké qu’au milieu de l’éducation d’un enfant. Est-ce une raison pour accepter sans rechigner de se prêter à ce dégradant divertissement ? Voici cinq arguments imparables pour refuser une éventuelle invitation.
Lire la suite

8 votes

Les objets connectés

Tout le monde le dit : les objets connectés, c’est l’avenir. Oui, mais le réchauffement climatique et l’explosion du soleil aussi sont l’avenir, et ça ne veut pas dire pour autant que c’est bien. Alors pourquoi les objets connectés poussent-ils autour de nous telle l’acné sur le visage d’un adolescent autrefois désirable ? Qu’est-ce qui pousse les gens à acheter des objets à l’utilité souvent injustifiable ? Voici une série d’arguments à l’emporte-pièce pour rabaisser vos amis fiers de leur dernier gadget.
Lire la suite

14 votes