Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

La messe

Chacun de nous est susceptible d’aller à la messe de temps en temps, soit pour un motif joyeux (un mariage ou un baptême), soit pour un motif triste (un enterrement ou être catholique). Pour les non-initiés dont je fais partie, assister à une messe est un peu comme débuter dans un cours de Zumba : on ne sait jamais quand s’asseoir, se lever, dire amen, donner la main à la vielle lépreuse à côté de soi… Si on peut faire une critique de film, pourquoi ne pas faire celle de la messe et espérer que le pape François tombe dessus en surfant sur ses pornos gay.
Lire la suite

Aller à une avant-première

Parmi les nombreux mails de fans ce jour-là, une invitation étrange. Une boite de prod m’écrit sur mon adresse pro, celle que j’utilise pour les castings auxquels on ne me convoque jamais, pour me proposer l’avant-première d’un film. Je ne connais pas cette boite et je n’ai aucune idée de comment ils ont obtenu mon adresse mail, mais n’ayant pas écrit d’article depuis un mois, j’y vois une bonne occasion de rappeler au monde que ce blog existe encore.
Lire la suite

Top Chef

Imaginons, un mardi matin à la machine à café du boulot (parce que dans ce scénario tu as un boulot) tous tes collègues parlent de Top Chef sur M6 et toi tu te sens exclu parce que tu n’as pas d’enfants donc tu n’es pas coincé chez toi à regarder la télé tous les soirs. En vrai tu es resté chez toi à remplir des enquêtes d’opinion devant une pizza surgelée, mais ça hors de question de l’admettre. Heureusement, Ce que j’en pense est là pour te faire un résumé et que tu paraisse normal devant ces abrutis dont tu voles régulièrement les tickets resto.
Lire la suite

Aller au théâtre


Cher lecteur,
Aujourd’hui, permets-moi de te tutoyer parce que je sens comme une proximité entre nous. Je suis peut-être en train de faire un AVC, mais j’ai décidé d’être bon avec toi. En effet je ne peux pas passer mon temps à te (dé)conseiller des pièces de théâtre spécifiques alors je vais t’apprendre à pêcher plutôt que de te donner un poisson.
Si tu veux vraiment apprendre à pécher tu peux cliquer ici mais si tu as compris la métaphore tu mérites que je t’explique comment choisir une bonne comédie – me dis pas que t’es intéressé par autre chose, je te croirai pas.
Lire la suite

Winner, le magazine des gagneurs

Un jour comme un autre tu te promènes dans la rue et là tu vois Alain Delon. Pas en vrai, hein, sur une affiche. Et là tu te demandes : est-ce qu’on l’a sorti du formol pour un film ou pour les municipales au Front National? Rien d’aussi grave, il est juste en couverture de Winner du mois d’octobre. Vous ne connaissiez pas Winner? C’est pourtant, d’après le sous-titre, "Le magazine des gagneurs // The magazine of success".
Sur l’affiche du kiosque, la citation "Seules les étoiles portent le sceau du destin !", avec ce point d’exclamation si sûr de lui, évoque Oscar Wilde à son sommet. Pourtant l’auteur de cette pensée profonde n’est autre que Véra Baudey, la directrice de publication, qui mentionne même son adresse mail en @wanadoo.fr comme tous les gagneurs. Finalement, la perspective de devenir un winner pour 5€ et susciter la jalousie de mon entourage l’emporte sur mes réticences.

Affiche publicitaire de Winner, le magazine des gagneurs Lire la suite

Chuis pas raciste, mais…

À première vue, tous les peuples "pas Français" semblent étranges : les Américains qui autorisent à voter, conduire et porter un flingue avant de pouvoir boire une bière ; les Irlandais qui dansent avec des bottes sans bouger les bras ; les Italiens qui vivent chez leur mère jusqu’à quarante ans et élisent Berlusconi ; les Algériens qui ne mangent pas de saucisson ; les Indiens qui tournent d’improbables comédies musicales de quatre heures. Mais avec un peu d’ouverture d’esprit, toutes ces différences culturelles sont bien peu de choses et toutes les civilisations se valent contrairement à ce qu’affirmait un ex-homme d’état futur taulard. Toutes ? Ça reste à voir, car il y a un pays qui reste à part : le Japon.
Lire la suite

L’Ouzbékistan, destination de rêve

Vous êtes lassé de St Barth, de Cancun et des weekends shopping à New-York ? Laissez-moi vous parler d’une destination paradisiaque que je connais assez bien pour en avoir feuilleté le Petit Futé une fois. L’Ousbékistan, que personne ne saurait situer avec précision sur une carte, est le seul pays en -stan à être entouré uniquement d’autres pays en -stan. Mais cette particularité inintéressante n’est que le début d’une longue liste de faits incroyables. Alors rendez-vous vite sur le site d’Uzbekistan Airways où vous pourrez acheter des billets Paris-Tashkent mais aussi des avions d’occase si vous avez quelques économies.

"Chérie tu veux quoi pour noël ? Un Tupolev ou un Yakovlev ?"
« Chérie tu veux quoi pour noël ? Un Tupolev ou un Yakovlev ? »

Lire la suite

Un épisode de Goldorak à 130 m€

Les vacances d’été sont rarement un moment glorieux pour le cinéma, et on y va plus pour la climatisation que pour les qualités artistiques des films. Cette année ne fait pas exception puisque Warner Bros nous offre Pacific Rim, que les Québécois ont traduit pas Rives du Pacifique mais qui peut également vouloir dire "léchage de cul pacifique" selon le contexte. Pour faire face à la crise, je propose de vous résumer le film et d’économiser 11€/5€ (rayez la mention inutile selon si vous habitez Paris ou la pampa).
Lire la suite

Jouer dans une série télé

Après avoir dépensé des fortunes dans des photos professionnelles et pour accéder à des annonces de casting que mille comédiens avaient lues avant moi, je me suis vu offrir un rôle… par le hasard d’une rencontre. Comme quoi le début d’une immense carrière tient à peu de choses. Certes, le rôle est secondaire et il s’agit d’une série télé à côté de laquelle Salut les Musclés passe pour la Comédie-Française, mais je ne suis pas en mesure de faire le difficile. Après avoir visionné quelques minutes d’un épisode m’évoquant une version low-cost des Feux de l’amour, je commence toutefois à me dire que j’aurai peut-être intérêt à ne pas le mettre sur mon CV… Mais nous n’en sommes pas là, il y a encore beaucoup d’étapes que je suis loin d’imaginer pour arriver jusqu’au tournage.
Lire la suite

Viens avec moi derrière les pins

Il y a des jours comme ça où tu es faible et tu écoutes les gens qui te conseillent chaudement d’aller voir The Place Beyond the Pines alors que la bande-annonce elle-même est un remède contre l’insomnie. Je n’ai aucun scrupule à vous spoiler puisque le film est sorti le 20 mars mais un casting vendeur fait qu’il est injustement encore à l’affiche, tandis que Une chanson pour ma mère n’est resté qu’une semaine malgré la présence de Dave. Là, avec Ryan Gosling, le public visé est clairement la couguar le cinéphile qui vient voir la performance d’un acteur "électrique  comme l’a écrit 20 minutes, un journal de référence. Cette critique est d’ailleurs reprise en gros sur l’affiche où l’on peut voir Gosling ayant l’air de s’être fait piquer son goûter, et qui laisse penser qu’il incarne le personnage principal. Mais peut-on faire confiance à une affiche ?
Lire la suite