Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Les meubles chers et moches

Pendant que le cinéma français se fait enculer par Kassovitz, moi je reçois des invitations pour des soirées bien plus prestigieuses qu’une stupide montée des marches en compagnie de la sous-préfette. Invitation au showroom de Poltrona FrauGrâce à la notoriété de ce blog, j’ai été convié à une soirée privée au showromm de Poltrona Frau. Vous ne connaissez pas Poltrona Frau ? Ça veut dire que nous vivons dans le même monde, où on achète ses meubles chez Ikéa. Vous ne maitrisez pas la langue de Tatcher ? Disons que showroom peut se traduire par "boutique sans prix affichés tellement ils sont surréalistes" et que le showcase d’un invité surprise – promis par l’invitation – se dit en français "mini-concert de quelqu’un si inconnu que préciser son nom serait contre-productif".

En vitrine chez Poltrona Frau, on peut admirer les fauteuils et des gens qui posent leur cul dessus
Des fauteuils en vitrine, une pochtrone dessus. Incluse dans le prix?

J’ai promis un blog de critique généraliste, certes, mais pas au point d’aller donner mon avis sur du mobilier que vous ne pouvez sûrement pas vous payer et que j’avais déjà décidé de trouver laid en voyant le carton d’invitation. Ce qui a attisé mon intérêt c’est surtout le cocktail, et le fauteuil à gagner qui aurait pu me payer des vacances en le vendant sur eBay. Est-ce que les gens qui achètent des fauteuils à 5000 € sont les mêmes qui font du shopping sur eBay ? Pas sûr, mais de toute façon ça n’est pas moi qui l’ai gagné, le concours était probablement truqué par les francs-maçons.

Sans me vanter, j’ai lors des cocktails acquis une certaine dextérité dans l’art de choper les petits fours à leur sortie de la cuisine et de me faire remplir mon verre. Encore faut-il qu’il y ait de la matière première, et là c’était un peu léger : Deux jeunes femmes de 65 ans dégustent une petite coupe sur un canapé à dix mille boules.j’étais loin d’être assez bourré pour acheter une de leurs créations que les deux desperate housewives d’à côté avaient l’air de trouver for-mi-dables pour leur villa du Touquet. Mais moi les canapés j’étais venu pour en bouffer, pas pour en acheter, et ça fait un sérieux choc culturel quand tu sors du flagship store Poltrona Frau et que tu es obligé de passer par le KFC en rentrant chez toi.

Un mur décoratif mais qui s'émietteLe truc le plus joli dans ce showroom, c’est le mur en mousse d’un vert surréaliste, on est attiré par lui comme un papillon par un réverbère, et on a envie de le caresser. D’ailleurs on le fait, et c’est seulement à ce moment qu’on se rend compte que non, ça n’est pas une bonne idée. À voir la quantité de copeaux verts fluo dans l’escalier, tous les gens qui le montent ont la même idée d’effriter la déco.

J’ai fait plus haut quelques suppositions sur les prix, mais comme ils ne sont affichés ni en boutique, ni sur le catalogue avec lequel je suis reparti de force, je n’ai pas vraiment d’indices. Si ce n’est le magazine qu’on m’a offert, The Good Life, bimestriel francophone comme son nom l’indique, qui est un "hybride news & lifestyle". Ses 290 pages lui donnent l’aspect d’un catalogue mais si on retire les pubs et qu’on ne laisse que le rédactionnel (qui consiste surtout à vanter des produits, et indiquer où on peut les trouver) c’est déjà plus léger. J’en déduis que la cible de Poltrona Frau est la même que ce magazine masculin, c’est à dire des gens intéressés par des montres à 6000€ et des comparatifs de yachts. Ça n’est donc ni pour vous, ni pour moi, alors je saque :

Deux pouces, c'est vraiment pas terrible !
Un fauteuil transparent à ressorts apparentsOuais, je mets quand même deux pouces parce qu’il y a un fauteuil que j’ai trouvé sympa parce que transparent avec des ressorts, mais j’imagine que s’asseoir dessus à poil en été doit pas être super confort.
Mais je note, je note, et j’oublie de dire que vous pouvez maintenant vous aussi noter les critiques en appuyant sur les petits trucs en bas. Soyez généreux comme je le suis.

Les meubles chers et moches
15 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *