Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Nausicaá

Avec tous ces ponts, on ne sait plus quoi faire pour occuper nos longs week-ends. Une fois visités Disneyland, le Parc Astérix voire la France Miniature pour les plus désespérés, on pense avoir fait le tour des activités de loisir en France. Pourtant, on n’y pense pas assez, mais il existe un aquarium qui peut s’enorgueillir d’être le premier site touristique du Nord-Pas-de-Calais, ce qui n’est pas peu dire. Nausicaá tire son nom d’un personnage d’Albator, ou plus probablement d’une princesse de la mythologie grecque, mais comme les deux sont relativement peu connues la première chose à laquelle on pense quand on entend Nausicaá, c’est nausée.

Pourtant, comment avoir la nausée en se promenant sur le splendide port de Boulogne-sur-Mer, dont les alentours ont été reconstruits dans ce style architectural si caractéristique de l’après-guerre. C’est au milieu de cet écrin que trône un énorme blockhaus contenant 4 500 mètres cube de flotte, dont le responsable merchandising s’est dit qu’il pourrait faire des cartes postales ressemblant à peu près à cette photo piquée sur internet :
Un amas de béton échoué sur la plage : bienvenue à Nausicaa

Si je n’avais pas fait tout un article sur la photo, je pourrais railler ces visiteurs qui pensent que photographier un poisson derrière une vitre va rendre leurs amis verts de jalousie. Ça ne les fera déjà pas forcément rêver de savoir que vous allez passer vos week-ends à Boulogne-sur-Mer, mais si en plus vous leur montrez un poisson flou vaguement visible derrière votre reflet et celui du flash dans une vitre, il y a des chances pour qu’ils vous foutent à la porte de chez eux, voire de chez vous si vous les recevez. C’est en tout cas ce que je ferais, et je suis pourtant un modèle de tolérance.

Mais Nausicaá ce n’est pas qu’un aquarium, c’est aussi un formidable promoteur de l’écologie culpabilisatrice. Dans chaque salle, un panneau nous explique en quoi nous sommes responsables de la disparition d’espèces même pas jolies et de l’engloutissement d’atolls où on ne va même pas en vacances. On a aussi droit à la reconstitution d’une maison où on apprend que le frigo représente un tiers de la consommation d’électricité d’un foyer, et la machine à laver un autre tiers. J’ai dû sauter le passage où ils expliquent que l’éclairage représente aussi un tiers, et que l’électronique consomme un quatrième tiers, mais comme dit César ça dépend de la grosseur des tiers. En tout cas si on veut en apprendre plus sur l’environnement, on peut toujours acheter à la boutique de petits jeux éducatifs fabriqués en Chine, ou des peluches fourrées d’amiante par de petites mains pakistanaises, ce qui est bon contre la surpopulation et donc pour l’environnement.

Si on ne veut pas des beaux objets de la boutique souvenirs, on peut se faire plaisir avec un des CD de musique aquatique. Dans tous les aquariums du monde il y a ce son, un mélange entre musique de yoga et cris de baleines, un truc censé être apaisant sans doute, quand on a un groupe scolaire en train de hurler en martelant les vitres de leurs petits poings. Mais qui compose cette musique à laquelle les visiteurs prêtent aussi peu d’attention qu’aux textes explicatifs ? Je pensais qu’il y avait une poignée de morceaux que les patrons d’aquariums se faisaient tourner, et je suis tombé sur un site qui explique de manière beaucoup trop détaillée pour moi que c’est l’œuvre d’un célèbre compositeur subaquatique et designer sonore, que la musique est programmée minute par minute sur toute la semaine et qu’elle est lue dans douze lecteur CD Revox B226.

3 pouces, bien mais pas top.
Ouais, bon, c’est un aquarium, quand on en a vu un on les a tous vus non ? On ne s’intéresse qu’aux poissons colorés qui bougent et aux mammifères qui font des tours, on oublie aussitôt ce qu’on a appris, et du coup on mange sans mauvaise conscience de la morue menacée. Mais Nausicaá a l’avantage d’occuper deux ou trois heures ; c’est pas comme s’il y avait autre chose à faire à Boulogne-sur-Mer !

Ce que les autres pensent de “Nausicaá

  1. Pingback: Les trucs chelou | Ce que j'en pense

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *