Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Autolib

Je n’avais pas vraiment envisagé de m’abonner à Autolib au départ. Pourtant j’étais un des premiers utilisateurs de Vélib, que je n’utilise plus maintenant que de mai à septembre, et en descente seulement. Je pensais qu’en général à l’heure où il n’y a plus de métro je ne suis pas état de conduire donc autant m’en tenir aux taxis, quitte à supporter RMC Sport. Mais une station Autolib a poussé juste devant chez moi. Ces ridicules voitures en plastique m’attendaient au pied de mon immeuble et semblaient à chaque passage me susurrer "prends-moi" avec bien plus d’effet que les vieilles prostituées chinoises adjacentes, qui pratiquent les mêmes tarifs horaires et sans abonnement.

Parce qu’il faut claquer chaque année 120€ d’abonnement, soit l’équivalent de quatre courses en taxi sauf que là on n’est pas obligé de payer en liquide en ayant l’appoint. Puis j’ai reçu cette offre promotionnelle à 90€. Une offre temporaire, qui ne me laissa donc pas le temps de réaliser que j’économiserais le prix d’une pinte de bière par trimestre ce qui est littéralement une goûte d’eau dans l’océan. J’ai donc fini par céder, sur un coup de tête. Par égard pour mes parents, qui ont sacrifié leur fortune pour payer mon permis et risqué leur vie avec ma conduite accompagnée, c’est ce qu’il y avait de plus correct à faire.

Une station Autolib, hébergement alternatif aux cabines téléphoniques pour nos SDF.
Une station Autolib, hébergement alternatif aux cabines téléphoniques pour nos SDF.

Ce qui m’a décidé en réalité, c’est que je devais me rendre dans une lointaine banlieue pour acheter une tête de chamois empaillée dont je n’ai pas à justifier l’usage auprès de vous. S’il m’arrive de sortir avec des chaussettes dépareillés, des cheveux sales, voire avec ma sœur, l’idée trimbaler une tête d’animal mort pendant une heure dans un train bondé dépasse mes capacités d’abstraction. Mon baptême d’Autolib m’a donc amené jusqu’à St-Cyr-l’École, qui a peut-être l’air d’être près de Paris quand on regarde un planisphère, mais en vrai, non.

Première surprise à la borne de location : elle est en rade. Après avoir redémarré (ou peut-être réinstallé entièrement Windows, vu le temps) il s’avère que la coupure a foutu la merde et que tout est en vrac. Je découvre alors un classique d’Autolib : le service client ne sait pas quels véhicule sont garés, il faut tout leur indiquer, pour finalement se retrouver comme un con avec plusieurs voitures sous les yeux, mais impossibles à louer. Heureusement une autre voiture se gare, miraculeusement louable, et je peux tester la conduite.

Youpi! Je n'ai qu'à marcher 2 km pour trouver une voiture!
Youpi! Je n’ai qu’à marcher 2 km pour trouver une voiture!

Plus exactement j’essaie de conduire, parce que le GPS, en plus d’être illisible et situé excessivement bas, a cette très vilaine habitude de faire éviter les autoroutes et même le périphérique. Alors ok, conduire une voiture de golf à 110 km/h ça fait un peu bizarre au début, mais ça me semble préférable aux chemins vicinaux sur lesquels le GPS Fisher Price veut m’envoyer. Heureusement mon smartphone a pu me guider correctement jusqu’à la moitié du chemin, mais paradoxalement pour des téléphone mobiles ces appareils ont très souvent besoin d’être branchés. Batterie dead. Je vous raconte pas l’angoisse de se retrouver sans téléphone portable, le seul objet qui me rattachait à la civilisation lors de cette excursion en rase campagne.

2 roues sur 5, c'est pas si terrible...

Le problème d’Autolib, outre le fait qu’il n’y ait jamais de voiture là où on est et jamais de place là où on va, c’est que c’est la solution de facilité. Fatigué ? Hop, Autolib ! Un peu chargé ? Hop, Autolib ! Un peu pété ? Autolib ! Il pleut ? Autolib ! Après tout, ça ne coûte que 18 centimes la minute, donc c’est comme Ikéa, on se dit qu’à ce prix-là, ce serait dommage de se priver. Résultat, quand on passe à la caisse et qu’on additionne le tout, on se gifle en se jurant de faire attention la prochaine fois. Et puis en fait non.


Ce que vous pensez de l’article :
Autolib
13 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *