Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Avoir des amis en banlieue

On a tous ce qu’on appelle une "zone de confort", une limite qu’on n’est pas prêts à franchir pour ses loisirs. Pour les Parisiens, c’est en général un rayon de 500 mètres, dans tous les cas délimité par les barrières infranchissables que sont le périphérique et la Seine. C’est pourquoi j’évite toujours de me lier d’amitié avec ce qu’on appelle « les banlieusards », ne serais-ce que pour échapper aux conversations sur les embouteillages ou les travaux sur la ligne C. Mais dans certains cas, vos amis normaux quittent la capitale et vous ne pouvez pas les rayer de votre vie comme s’ils étaient devenus hémiplégiques ou agents immobiliers.
Lire la suite

Prendre l’avion

Ok, partir en vacances c’est bien, mais y arriver c’est mieux. Qui a envie de se taper le trajet qui l’emmènera loin des cons habituels (mais près de cons exotiques) alors que La Mouche de Crononberg nous a donné si envie d’être téléporté? Parmi les transports collectifs, le plus surprenant est parfois l’avion. Si, comme moi, t’as choisi un vendredi 13 pour voyager, c’est festival.
Lire la suite

Autolib

Je n’avais pas vraiment envisagé de m’abonner à Autolib au départ. Pourtant j’étais un des premiers utilisateurs de Vélib, que je n’utilise plus maintenant que de mai à septembre, et en descente seulement. Je pensais qu’en général à l’heure où il n’y a plus de métro je ne suis pas état de conduire donc autant m’en tenir aux taxis, quitte à supporter RMC Sport. Mais une station Autolib a poussé juste devant chez moi. Ces ridicules voitures en plastique m’attendaient au pied de mon immeuble et semblaient à chaque passage me susurrer "prends-moi" avec bien plus d’effet que les vieilles prostituées chinoises adjacentes, qui pratiquent les mêmes tarifs horaires et sans abonnement.
Lire la suite

OUIGO, quand la SNCF fait du Ryanair

Je sais pas vous mais depuis quelques années, je trouve que le train est trop cher. En fait, je suis de cet avis depuis que je me suis retrouvé arbitrairement exclu de la carte 12-25 ans, ironiquement devenue 18-27 quand j’en ai eu 28. En plus d’être élevé, le prix peut varier du simple au quadruple selon la capacité à anticiper que l’on a. Pour le trajet Nîmes-Paris que j’ai l’habitude de faire, il était cependant impossible de descendre en dessous de 30€, et encore il fallait réserver trois mois à l’avance un train partant à 6h ou 22h en semaine hors vacances scolaires. Puis le 2 avril 2013, Ouigo est arrivé, et j’ai voyagé sur cette ligne pour 15€ contre 80€ à l’aller. Mais comment ça marche?
Lire la suite