Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Voilà l’été

Je prends un gros risque en attaquant un article sur l’été, vu que je suis à Paris et que même en plein mois de juin il peut d’un coup faire nuit pendant 48 heures et la température chuter au point de tuer les imprudents qui avaient sorti leurs pantacourts. Attendez, je regarde par la fenêtre… Ah non, les pantacourts n’existent plus. Gardez précieusement les vôtres, dans dix ans ce sera vintage et tous les hipsters se les arracheront. Ah non, pardon, dans dix ans les hipsters auront été éradiqués et ne seront qu’un mauvais souvenir, comme les danseurs de tecktonik ou le Front National. Ah, on me fait signe que non…

Bien sûr, comme tout le monde, je suis content de pouvoir ouvrir mes fenêtres sans que la neige n’envahisse ma chambre. Je suis content que les arbres aient l’air moins morts et que les poom poom shorts soient de sortie. Je suis content de pouvoir à nouveau lécher le mobilier urbain sans y rester collé. Mais tout ça a un prix : les autres.

Le parisien aime s’entasser

Il semble que cet attrait pour le beau temps soit partagé : au premier petit rayon de soleil, les autres courent exposer leurs peaux blafardes dans mes parcs. Tous se ruent sur le moindre centimètre carré de pelouse, comme des mouches à merde sur un film de Michael Bay. Avant, il n’y avait que les cons à la Grande-Motte qui s’entassaient entre du béton et de l’eau polluée, mais grâce aux RTT et aux 10% de chômage ce loisir est à la portée de tout le monde.

Non seulement ils vont aux Buttes-Chaumont bondées, mais en plus ils utilisent des filtres photo de merde.
Non seulement ils vont aux Buttes-Chaumont bondées, mais en plus ils utilisent des filtres photo de merde.

Et puis Paris quoi! C’est une ville pour profiter de la culture, des transports en commun, de l’architecture, mais certainement pas du soleil. Certes, c’est toujours mieux que d’aller se peler au Touquet où même les Anglais n’ont pas voulu débarquer alors que c’était plus près, mais Paris manque cruellement de parcs. Sinon il y a le bois de Boulogne mais ça veut dire risquer de s’asseoir sur une seringue ou un cadavre de travelo, et pire : dépasser le périph. Faut-il en arriver à de telles extrémités ?

Tous les Parisiens ne vont pas dans les parcs – qui ferment le soir de toute façon – et beaucoup (trop !) vont picoler au bord d’un canal pour changer un peu des terrasses de café avec leurs gaz d’échappement et leurs tarifs majorés. Quelle grande idée ! Qui ne s’est jamais dit en voyant le beau temps "Tiens, si j’allais m’asseoir dans une odeur de pisse pour regarder une eau verdâtre charrier toutes sortes de déchets !".

L’autre plaie estivale : le touriste

Heureusement dans un mois tous ces connards seront en vacances au Club Med, parce que voter à gauche c’est cool mais se faire servir des cocktails par un esclave local – "non mais ici, deux euro par jour c’est déjà énorme !" – c’est quand même plus sympa. Pendant qu’ils se feront chier sur leurs transats et choperont des MST tenaces, on pourra enfin respirer à Paris. Vraiment ? Non. Parce que les touristes auront pris le relais, avec leurs sandalettes et leurs tours Eiffel en plastique. L’invasion a déjà commencé : dans certaines rues on n’entend plus un mot de français, et je parle bien des Champs-Élysées, pas de Belleville.

Doit-on tolérer ça juste parce qu’ils ramènent du pognon ? Oui, mais il faut les saigner et qu’ils ne nous fassent pas trop chier. Mes cinq propositions en tant que maire de Paris :

  • Réserver le dernier wagon du métro aux touristes.
  • Créer des trottoirs spéciaux pour ceux qui marchent lentement en regardant en l’air, et d’autres pour ceux qui marchent vite en regardant leur smartphone.
  • Facturer 2€ pour chaque demande d’itinéraire en langue étrangère.
  • Offrir un FastPass Disneyland aux autochtones.
  • Instaurer une taxe de séjour surprise de 10€/nuit pour financer une statue en bronze de 35 mètres de Bertrand Delanoë

Note : 3 mojitos sur 5

L’été mérite tout de même un 3 sur 5 parce que je peux me balader à poil chez moi, ce qui augmente la valeur foncière des immeubles en face du mien. À part ça, trop de gens, trop de sueur, trop de moustiques, de vin rosé et de selfies de vacances. Merci le web 2.0 d’avoir ressuscité les soirées diapo et d’en avoir fait un flux permanent appelé Instagram. #jesperequonvatevolertonsmartphoneconnard


Ce que vous pensez de l’article :
Voilà l’été
12 votes

Ce que les autres pensent de “Voilà l’été

  1. avatarannie

    viens donc passer des vacances dans le gard profond:tu peux boire un rosé sur la terrasse et ne voir personne

  2. avatarPédro Torres

    Je peux venir habiter dans l’immeuble en face du tien ?

  3. avatarJulien

    Encore plus méchant qu’à l’ordinaire, il est temps que t’ailles prendre l’air sur les bords du lac Titicaca.

  4. Pingback: Comment rester propre | Ce que j'en pense

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *