Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

La messe

Chacun de nous est susceptible d’aller à la messe de temps en temps, soit pour un motif joyeux (un mariage ou un baptême), soit pour un motif triste (un enterrement ou être catholique). Pour les non-initiés dont je fais partie, assister à une messe est un peu comme débuter dans un cours de Zumba : on ne sait jamais quand s’asseoir, se lever, dire amen, donner la main à la vielle lépreuse à côté de soi… Si on peut faire une critique de film, pourquoi ne pas faire celle de la messe et espérer que le pape François tombe dessus en surfant sur ses pornos gay.
Lire la suite

Aller à une avant-première

Parmi les nombreux mails de fans ce jour-là, une invitation étrange. Une boite de prod m’écrit sur mon adresse pro, celle que j’utilise pour les castings auxquels on ne me convoque jamais, pour me proposer l’avant-première d’un film. Je ne connais pas cette boite et je n’ai aucune idée de comment ils ont obtenu mon adresse mail, mais n’ayant pas écrit d’article depuis un mois, j’y vois une bonne occasion de rappeler au monde que ce blog existe encore.
Lire la suite

Top Chef

Imaginons, un mardi matin à la machine à café du boulot (parce que dans ce scénario tu as un boulot) tous tes collègues parlent de Top Chef sur M6 et toi tu te sens exclu parce que tu n’as pas d’enfants donc tu n’es pas coincé chez toi à regarder la télé tous les soirs. En vrai tu es resté chez toi à remplir des enquêtes d’opinion devant une pizza surgelée, mais ça hors de question de l’admettre. Heureusement, Ce que j’en pense est là pour te faire un résumé et que tu paraisse normal devant ces abrutis dont tu voles régulièrement les tickets resto.
Lire la suite

Le brunch, nouvel office religieux

Depuis qu’on ne va plus à l’église que pour des premiers mariages, on s’emmerde sec le dimanche matin. Les ruraux ont toujours un lopin de terre à retourner ou des chats à noyer, mais trouver une activité dominicale est plus compliqué pour les citadins. Les magasins de bricolage sont maintenant ouverts le dimanche, mais au bout d’un mois la sortie hebdomadaire chez Castorama peut briser un couple et faire exploser son budget tournevis. Alors que faire si on ne peut pas acheter des trucs ? Alors que glander au travail est une activité épanouissante, ne rien faire le weekend révèle cruellement la vacuité de nos existences. Heureusement il y a le brunch.
Lire la suite

Les écrans, partout, tout le temps

En me réveillant, cet après-midi, mon salon était calme. Aussi calme qu’il peut être avec le voisin du dessous qui joue de la ponceuse toute la journée au point que je me demande si tout le contenu de son appartement cloisons comprises n’est pas déjà réduit à l’état de fine poussière. Calme, donc, et inerte, si ce n’est l’écran de mon PC encore éteint dont la petite lumière bleue clignote comme pour répondre à celle de mon téléphone qui semble réclamer mon attention pour un motif probablement futile. Derrière moi la télé, moins classe, se contente d’un bête signal rouge et fixe. Ces grosses surfaces noires, plates et inertes semblent me dire avec ces petites LED "je suis vivant", ce qui me fait furieusement penser à HAL dans 2001, Odyssée de l’espace. Soudain je prend conscience de tous ces objets morts sont beaucoup trop vivants.
Lire la suite

Un épisode de Goldorak à 130 m€

Les vacances d’été sont rarement un moment glorieux pour le cinéma, et on y va plus pour la climatisation que pour les qualités artistiques des films. Cette année ne fait pas exception puisque Warner Bros nous offre Pacific Rim, que les Québécois ont traduit pas Rives du Pacifique mais qui peut également vouloir dire "léchage de cul pacifique" selon le contexte. Pour faire face à la crise, je propose de vous résumer le film et d’économiser 11€/5€ (rayez la mention inutile selon si vous habitez Paris ou la pampa).
Lire la suite

Viens avec moi derrière les pins

Il y a des jours comme ça où tu es faible et tu écoutes les gens qui te conseillent chaudement d’aller voir The Place Beyond the Pines alors que la bande-annonce elle-même est un remède contre l’insomnie. Je n’ai aucun scrupule à vous spoiler puisque le film est sorti le 20 mars mais un casting vendeur fait qu’il est injustement encore à l’affiche, tandis que Une chanson pour ma mère n’est resté qu’une semaine malgré la présence de Dave. Là, avec Ryan Gosling, le public visé est clairement la couguar le cinéphile qui vient voir la performance d’un acteur "électrique  comme l’a écrit 20 minutes, un journal de référence. Cette critique est d’ailleurs reprise en gros sur l’affiche où l’on peut voir Gosling ayant l’air de s’être fait piquer son goûter, et qui laisse penser qu’il incarne le personnage principal. Mais peut-on faire confiance à une affiche ?
Lire la suite

R.I.S : une fiction française qui pique les yeux

Souvent, les médias ou le CSA se demandent naïvement pourquoi les chaînes diffusent en boucle des séries américaines au lieu de faire une place à la création française. Force est de constater que les séries françaises qui ont du succès durent rarement plus de trois minutes : Un gars une fille, Kaamelott, Bref… En fait, je n’avais pas regardé de série française depuis Off Prime en 2008. Et puis hier soir, parce qu’un pote a obtenu un bout de rôle dans R.I.S Police Scientifique, je me suis senti obligé de regarder cette série policière que je croyais américaine alors qu’en fait elle est juste méga pompée sur Les Experts. J’ai donc pu me faire un avis assez précis des talents d’auteurs et de comédiens dont nous disposons dans notre beau pays.
Lire la suite

Clint Eastwood l’intouchable

Clint EastwoodJ’aurais pu garder ça pour sa nécro et profiter du buzz, mais il est increvable l’enfoiré, et puis à un moment il faut que ça sorte, d’autant que cet article s’inspire de ma réponse à une critique positive de 2009, écrite un peu par conviction et un peu pour faire chier. Parce que ne pouvant faire chier Clint lui-même, ce qui serait pourtant un juste retour des choses, je me venge sur ses fans. Et pour une raison que je ne m’explique pas il sont nombreux, on dirait que sous prétexte qu’il est vieux on n’a que le droit de l’admirer. Je dis stop ! Ils ont déboulonné la statue de Staline, il serait temps de faire pareil avec Clint Eastwood. En plus il n’a même pas de moustache rigolote, lui.
Lire la suite