Ce que j'en pense

Ce que j'en pense

parce que je ne vois pas pourquoi ça ne vous intéresserait pas

Chuis pas raciste, mais…

À première vue, tous les peuples "pas Français" semblent étranges : les Américains qui autorisent à voter, conduire et porter un flingue avant de pouvoir boire une bière ; les Irlandais qui dansent avec des bottes sans bouger les bras ; les Italiens qui vivent chez leur mère jusqu’à quarante ans et élisent Berlusconi ; les Algériens qui ne mangent pas de saucisson ; les Indiens qui tournent d’improbables comédies musicales de quatre heures. Mais avec un peu d’ouverture d’esprit, toutes ces différences culturelles sont bien peu de choses et toutes les civilisations se valent contrairement à ce qu’affirmait un ex-homme d’état futur taulard. Toutes ? Ça reste à voir, car il y a un pays qui reste à part : le Japon.
Lire la suite

Les écrans, partout, tout le temps

En me réveillant, cet après-midi, mon salon était calme. Aussi calme qu’il peut être avec le voisin du dessous qui joue de la ponceuse toute la journée au point que je me demande si tout le contenu de son appartement cloisons comprises n’est pas déjà réduit à l’état de fine poussière. Calme, donc, et inerte, si ce n’est l’écran de mon PC encore éteint dont la petite lumière bleue clignote comme pour répondre à celle de mon téléphone qui semble réclamer mon attention pour un motif probablement futile. Derrière moi la télé, moins classe, se contente d’un bête signal rouge et fixe. Ces grosses surfaces noires, plates et inertes semblent me dire avec ces petites LED "je suis vivant", ce qui me fait furieusement penser à HAL dans 2001, Odyssée de l’espace. Soudain je prend conscience de tous ces objets morts sont beaucoup trop vivants.
Lire la suite

Les enfants en vacances

Les vacances c’est bien sympathique mais se loger et se nourrir peuvent représenter un budget conséquent que tout le monde ne peut pas se permettre. Il existe pourtant une formule qui inclut toutes ces menues dépenses : les vacances dans la famille. En plus de procurer à votre mère le bonheur de vous préparer à manger et de faire votre lessive comme au bon vieux temps, vous renouerez avec les grasses matinées qui se prolongent jusqu’à l’heure de l’apéro et des repas non-surgelés. Le tout en faisant de substantielles économies ! Mais cette parfaite symbiose peut être gâchée par une chose à priori insignifiante : les enfants.
Lire la suite

Petit lexique de la manif pour tous

À part quand il y a des événements tragiques comme la mort de trois Américains ou de mille Bangladais, les médias parlent beaucoup de la manif pour tous depuis des mois. C’est pratique : un reporter aux Invalides ça coûte moins cher que d’aller couvrir une manifestation à Notre-Dame-des-Landes. On a donc vu beaucoup de catholiques défiler dans leurs mocassins à gland, et un retour médiatique de Frigide Barjot – disparue depuis dix ans – et de Christine Boutin qui bien qu’au chômage depuis un an a de quoi voir venir avec les 800 000 euros de rançon versés par l’UMP en échange de son désistement à la présidentielle. Les Égyptiens ont les Frères musulmans, nous avons le Parti chrétien-démocrate dont la présidente déclare qu’il y a une loi "supérieure à la loi de la République". Chacun ses tares. Oui, j’ai bien écrit tare, sans accent aigu. Mais si le débat entre les pour et les contre a été mal vécu, c’est principalement à cause des nombreuses incompréhensions. En analysant les propos tenus ces derniers mois j’ai pu établir un lexique qui, bien que succinct, pourra aider à mieux saisir le sens que les opposants mettent derrière certains termes.
Lire la suite

Problèmes de riche : la copropriété

Comme mon community manager me l’a souvent conseillé, je voulais coller à l’actualité pour faire du buzz, du clash, du hashtag, etc. Ayant raté le coche pour la viande de cheval, j’ai voulu me rabattre sur le conclave mais pour d’obscures raisons de règlement intérieur je n’ai pas pu y participer. Ce n’est peut-être pas plus mal comme ça, puisque j’ai remarqué à plusieurs reprises – sans pouvoir l’expliquer – que l’eau bénite me brûle la peau. Alors que je pestais contre la rapidité des cardinaux, qui mettent moins de temps à élire un pape que moi à écrire un article, Dieu m’a envoyé un signe en me faisant parvenir, par l’intermédiaire d’un facteur renfrogné, une convocation pour l’assemblée générale de copropriété. J’ai tout de suite compris que c’était une opportunité de rattraper ce rendez-vous manqué et de participer moi aussi à une interminable réunion avec de vieilles personnes à l’élocution hasardeuse. C’est donc le cœur léger que j’ai annulé mon apéro du jeudi pour me rendre dans les bureaux du syndic, intelligemment situés à l’autre bout de Paris.
Lire la suite

Survivre à ses voisins

Si j’avais vécu au 19ème siècle, j’aurais eu un grand appartement, et les pièces autour auraient été mon boudoir ou mon vestibule, et pas les chambres d’une famille de Chinois comme c’est le cas actuellement. Mes voisins du dessus auraient été mes domestiques, et auraient donc été plus déférents que le Rital qui joue de la guitare avec ses potes la nuit. Hélas je vis au 21ème siècle et je dois composer avec les normes de constructions des années 50. 1950 je précise, car pour avoir vu des appartements au sol concave je sais que les immeubles de 1850 ont d’autres problèmes que l’isolation phonique. Bref, je pense avoir eu un bon aperçu des voisins haïssables, sachant qu’ils le sont par nature comme les belles-mères, les patrons, et les profs d’EPS. Mais avant d’écouter les prouesses vocales de ma voisine coréenne, faisons un bilan de dix ans à Paris en quatre appartements.
Lire la suite

La fin de l’année

Nous sommes fin novembre, les lumières de noël commencent à fleurir dans les rues de nos villes, les gratteurs d’amitié vous demandent ce que vous allez faire pour le nouvel an, votre femme a commencé un régime en prévision des repas de fête et votre marmot a fait une liste au Père Noël équivalent à deux mois de votre salaire. Vous concluez donc que la fin de l’année arrive. Erreur ! Ce serait comme croire que Le retour du Roi est enfin terminé parce que Frodon a jeté sa putain de bagouze dans le volcan : le pire est en réalité à venir.
Lire la suite

Se marier

Bien que fréquentant surtout des comédiens de théâtre et des personnes travaillant à la télé, je connais encore quelques hétérosexuels qui, mus par le désir de profiter du fragile monopole qu’ils ont encore là-dessus, décident de se marier. Bien entendu, je comprends qu’on puisse vouloir se faire offrir des cadeaux somptuaires alors qu’on vient déjà de voler la collectivité par un habile tour de passe-passe fiscal consistant à se marier en milieu d’année. Mais avant de passer à l’acte, je vous propose que nous analysions ensemble le pour et le contre, non pas d’unir sa vie à une autre personne – parce qu’on n’a pas inventé le divorce et l’homicide pour rien – mais d’organiser une fête où l’on invitera un maximum de personnes (ce sera proportionnel à la valeur du cadeau) dont une bonne partie par obligations familiales.
Lire la suite

Manger bio

Oui, je mange bio. On ne va pas argumenter sur le bien fondé : entre l’environnement, les agriculteurs et les consommateurs, il doit bien y avoir une bonne raison, et je fais ça pour vos enfants alors venez pas faire chier. Le vrai problème c’est comment manger bio quand on vit à Paris ? Si vous êtes smicard, lisez bien cet article, vous n’êtes pas directement concerné mais au moins vous verrez qu’il n’y a pas que vous qui avez des problèmes, bande de petits égoïstes ! Car du bio il y en a, il y en a même plein si on vit dans un quartier un peu bobo, mais justement, que choisir ? Vous avez de la chance, ce que j’en pense est là pour tester tout les moyens de se nourrir en se donnant bonne conscience.
Lire la suite

Rendre service #2 : le couchsurfing

Bien que je place peu d’espoir en l’humanité, comme on peut parfois le lire entre les lignes, je suis malgré tout prêt à lui refaire éternellement confiance après qu’elle m’ait montré à quel point elle était moche et indigne. Oui, vous avez bien lu, je suis une sorte de Jésus Christ, mais en blanc. Pour donner l’exemple j’ai l’habitude d’aider mon prochain, que ce soit en gardant son chat ou en le déménageant du quatrième sans ascenseur à un autre quatrième sans ascenseur. Mais ma bonté ne s’arrête pas là.
Lire la suite